Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 novembre 2011 5 04 /11 /novembre /2011 21:13

A l'heure où, ici et ailleurs, les pavés résonnent de nouveaux élans contestataires, force est de constater que c'est des Etats-Unis que nous vient, une nouvelle fois, un des meilleurs films sur la crise financière de 2008 et ses conséquences.

 

A ceux qui se croyaient protéger, de part leur diplôme ou de part leur ancienneté, tout est balayé en presque quelques minutes par de vastes plans de restructurations dans le secteur industriel.

 

Rien ne semble résister à cette vague de fond menée tambour battant par des dirigeants qui ne se préoccupent plus que de leurs cours de bourse. Le sentiment de réification des êtres ou tout simplement de déshumanisation n'a jamais semblé aussi fort et aussi mis en exergue que dans le film "The Company Men".

 

Car il s'agit là de la chute des meilleurs exécutants d'un système qu'ils ont porté aux nues et qui les renvoie sans ménagement à l'heure des crises et des plans de "réajustements". On fera une mention spéciale à Chris Cooper qui joue avec une grande justesse les vieux lieutenants délaissés.

 

On aurait d'ailleurs du mal, soit dit en passant, à imaginer un tel film produit et réalisé en France tant la vie en entreprise y est souvent traitée de façon caricaturale. 

 

"The Company Men" aborde ainsi le thème du déclassement avec une grande finesse au travers de 3 cadres, interprétés de façon inégale, avec toutes les conséquences que draîne la perte d'un emploi: dépression de certaines épouses, angoisse des enfants, crédit immobilier impossible à régler, retour chez les parents pour des presque quarantenaire...

 

De répliques cinglantes comme "tu n'es qu'un connard comme les autres avec un cv à la main" à des scènes d'une grande dureté comme la jeune consultante conseillant au vieux cadre de se teindre les cheveux pour être plus en vue sur le marché de l'emploi, on sent poindre une société en faillite dans ses croyances, et parfois, au regard du mercantilisme ou tout simplement de l'égo de certains comme Bobby Walker on se demande si ce n'est pas plus mal tant la réussite semblait uniquement correspondre à l'accumulation de biens.

 

Cette déchéance ou déclassement est très bien abordée par le film, ce qui l'est un peu moins, c'est sans doute le prisme d'un regard européen, c'est la renaissance au fond au travers des concepts qui semblent un peu naïfs et très "américains" tels que la vérité exaltée par des métiers plus manuels. On notera au passage un Kevin Costner méconnaissable et un très bon Tommy Lee Jones.

 

Quoi qu'il en soit "The Company Men" est un très bon film et remet au bon endroit la chute d'un système porté uniquement sur la financiarisation des moyens de production et le déclassement d'une population (blanche et diplômée) qui se croyait intouchable.

 

A croire que dans les 99% tant revendiqués aujourd'hui il y a autant les simples ouvriers que les cadres exécutants...

Partager cet article

Repost 0
Published by loeiletlolive.over-blog.com
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de loeiletlolive.over-blog.com
  • Le blog de loeiletlolive.over-blog.com
  • : cinéma indépendant
  • Contact

Recherche

Liens